Catégories

PayPal

La biorégion urbaine. Alberto Magnaghi

14,25 € TTC

15,00 €

-5%

disponible sous 5 jours

Petit traité sur le territoire, bien commun  

Biorégion urbaine: c'est l'ensemble des relations sociales, économiques et culturelles qui caractérisent les espaces à l’âge de la révolution urbaine.

Quantité :

«En 2050, sur 9 milliards d'habitants 6,4 seront des urbains selon l'ONU. Mais les protagonistes de ce méga-exode n'arrivent plus «en ville », ils arrivent dans des urbanisations post-urbaines démesurées et sans fin.»

L’ouvrage: L'urbanisation du monde est elle irréversible? Pourquoi faudrait-il l'arrêter, l’ « air de la ville » rend libre, n’est-ce pas?
Effectivement, il fut un temps où il permettait de s’affranchir du fief, puis quand aller chercher un salaire à l’usine libérait de la fatigue des champs. Mais aujourd'hui, la ville, cette terre promise, n’est plus qu’un mirage. Le plus grand exode de l'histoire de l'humanité est à l’Oeuvre : d’une part vers l'hyper-espace télématique, assujetti à la domination des réseaux globaux et, d’autre part vers les mega-cities ou méga-régions de dizaines de millions d'habitants du Sud et de l'Est du monde.

En 2050, sur 9 milliards d'habitants 6,4 seront des urbains selon l'ONU. Mais les protagonistes de ce méga-exode n'arrivent plus « en ville », ils arrivent dans des urbanisations post-urbaines démesurées et sans fin. Ces produits exponentiels des processus de déterritorialisation ont déjà gagné les banlieues de la ville-usine occidentale et ils se traduisent par la rupture des relations culturelles et environnementales avec les lieux et avec la terre, la perte des liens sociaux, la dissolution de l’espace public, des conditions d’habitat dé-contextualisées et homogènes, et la croissance de nouvelles pauvretés.

Dans la civilisation des machines, ce "royaume" du post-urbain, et du post-rural s’est construit par la rupture des relations de co-évolution entre les établissements humains, la nature et le travail, qui caractérisaient, avec leurs bienfaits et leurs méfaits, les civilisations précédentes. La voie de ladéterritorialisation sans retour a été ouverte par l’enclosure des commons, la privatisation et la marchandisation progressives des biens communs naturels (la terre, d'abord, puis l'eau, l'air, les sources d’énergie naturelle, les forêts, les rivières, les lacs, les mers, etc) et des biens communs territoriaux (les villes et les infrastructures historiques, les systèmes agro-forestiers, les paysages, les ouvrages hydrauliques, l’assainissement, les ports, les installations de production énergétique). Cette déterritorialisation a transformé les habitants en consommateurs individuels, en clients du marché, et les lieux en sites voués à des fonctions qui servent la logique des réseaux globaux. L'urbanisation de la planète qui engendre ce processus est catastrophique. Elle conduit à la fin de la ville par la mutation anthropologique qu’elle produit. Plus encore, elle est éco-catastrophique par ses effets sur le climat, sur la consommation de sol fertile, sur les écosystèmes, liés à son ampleur, sa vitesse et ses formes.

Si cette urbanisation n'est pas la terre promise, inous pouvons l faut alors aller à la recherche des formes due contre-exode. Les lieux périphériques et marginaux font preuve d’une résistance accrue à leur extinction crépuscule et à leur enfrichement. Des nouveaux agriculteurs favorisent leur repeuplement, alliés à des citoyens soucieux de construire une nouvelle civilisation urbaine et rurale. Le contre-exode est à la fois matériel et culturel. Il est un « retour au territoire en tant que bien commun », pour ré-animer des lieux, retrouver la mesure des vil- les et des établissements humains. Cela demande de faire grandir la « conscience des lieux », pour reconstruire des relations de synergies entre les établissements humains et l'environnement; pour promouvoir de nouvelles façons conviviales et sobres d’habiter et de produire; pour valoriser une citoyenneté active, des réseaux civiques et des formes d'auto-gestion des biens communs capables de fabriquer une richesse durable en chaque lieu du monde.

L'outil conceptuel et opérationnel que nous proposons pour initier ce “retour au territoire” est labiorégion urbaine. C'est un moyen de redessiner, à contre courant, les relations entre les établissements humains et l'environnement , en choisissant et en mettant en œuvre, comme dans la construction d'une maison, les « éléments constructifs » du projet de territoire. Ces matériaux de construction sont, à l’échelle du territoire:

  • les cultures et les savoirs locaux contextuels et experts, capables de réactiver l'ars aedificandi;
  • les équilibres hydrogéomorphologiques et la qualité des réseaux écologiques, conditions préalables à l'établissement humain;
  • les centralités urbaines polycentriques et leurs espaces publics (villes de villages, réseaux de villes) dont la reconstruction implique l’abandon du modèle opposant centre et périphérie lèeééet la reconstruction de centralités urbaines polycentriques et de leurs espaces publics (villes de villages, réseaux de villes; des systèmes économiques locaux dont le développement tient compte de l'augmentation de la valeur des biens patrimoniaux;
  • les ressources énergétiques locales dont la valorisation intégrée soutient l’autoreproduction de la biorégion;
  • les espaces agro-forestiers à vocation multi fonctionnelle pour la requalification des relations ville-campagne et la réduction de l'empreinte écologique;
  • le développement de systèmes économiques locaux tenant compte de l'augmentation de la valeur des biens patrimoniauxla valorisation intégrée des ressources énergétiques locales pour l'auto-reproduction de la biorégion la vocation multifonctionnelle des espaces agro-forestiers pour la requalification des relations ville-campagne et la réduction de l'empreinte écologiqueles institutions de démocratie participative et les formes de gestion sociale des biens communs territoriaux pour un autogouvernement de la biorégion.

Le projet de biorégion fait référence à des expériences en cours dans des régions d'Europe où l'urbanisation a déjà atteint un seuil critique. Elles nous indiquent des voies à suivre pour contenir le grand exode vers la méga-city, en opposant la vision d'une planète fourmillant de biorégions en réseau, et pour une « mondialisation par le bas » fondée en chaque lieu sur la gestion collective du territoire, ce bien commun.

L’auteur: Alberto Magnaghi, architecte et urbaniste, est Professeur émérite à l’Université de Florence où il dirige le “Laboratorio di Progettazione Ecologica degli Insediamenti (LAPEI).
Il est Président de l’association multidisciplinare “Società dei Territorialisti” et fondateur de la “scuola territoriali sta italiana”. Parmi ses publications:

El Proyecto local. Hacia una consciencia del lugar, Edicions UPC, Barcelona, 2011
Il progetto locale: verso la coscienza di luogo, Bollati Boringhieri,Torino, 2010
“Il progetto degli spazi aperti per la costruzione della città policentrica”, in -A. Magnaghi e D. Fanfani (sous la diréction de) Patto città-campagna. Un progetto per la bioregione policentrica della Toscana centrale, Alinea, Firenze 2010.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

 La biorégion urbaine. Alberto Magnaghi

La biorégion urbaine. Alberto Magnaghi

Petit traité sur le territoire, bien commun  

Biorégion urbaine: c'est l'ensemble des relations sociales, économiques et culturelles qui caractérisent les espaces à l’âge de la révolution urbaine.