Catégories

PayPal

Marcel breuer / AMERICAN HOUSES

80,00 € TTC

Ce produit n'est plus en stock

2G nº 17

TEXTS BY M. BREUER, M. KLOTZ, A. LELYVELD, P. SMITHSON

GUSTAVO GILLI 2001

Aujourd’hui, l’intérêt individuel et privé règne dans les sociétés qui ne se définissent que comme la libre association d’individus dotés de droits. L’idée de bien commun a été évacuée. Pourtant, elle traduit un souci réel. Comment penser le bien commun dans un contexte où le politique est dominé par les puissances économiques et financières ? François Flahault retrace l’histoire de cette idée et expose comment, récemment, en réduisant la politique à une habile gestion des affaires publiques, elle a été écartée, et comment les droits de l’homme ont fini par l’évincer... Quand bien même les droits humains ne substituent pas à lui, car ils ne permettent pas de le penser : la Déclaration des droits de l’homme ne dit en effet rien de la finalité des sociétés humaines au-delà de leur utilité pratique, ni ce qui relie entre eux leurs membres. François Flahault redéfinit le bien commun sans faire appel à une quelconque transcendance et éclaire ainsi tous les enjeux actuels de l’existence sociale, autrement recouverts par l’économisme. En quoi coïncide-t-il avec le bien premier de chacun ? Comment s’articulent les liens et les biens ? Quelles sont les relations entre le bien commun (au singulier), les biens communs (au pluriel) et les biens privés ? Quels rapports entre économie marchande et biens communs ? Un État démocratique doit-il assigner une responsabilité aux pouvoirs économiques et financiers au regard du bien commun ? Faut-il, au nom de la liberté individuelle, laisser sans réponse la question de ce qu’est la « vie bonne » ?

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Marcel breuer / AMERICAN HOUSES

Marcel breuer / AMERICAN HOUSES

2G nº 17

TEXTS BY M. BREUER, M. KLOTZ, A. LELYVELD, P. SMITHSON

GUSTAVO GILLI 2001